23 03 2016
Dans son article du 18 mars 2011, Françoise Lachaud, spécialiste d’études japonaises à L’École française d’Extrême-Orient parle d’un « héroïsme poignant ».
Ayant fait l’expérience des lendemains du tremblement de terre de 1995 à Kobe, il raconte :
°
« Chez les survivants les plus éprouvés, j’avais trouvé partout une attention tournée vers l’autre, un calme; qui n’empêchait pas les émotions les plus fortes en leur donnant, au contraire, une densité supplémentaire, l’absence de surenchère verbale ajoutait une poignante force à chaque mot, à chaque geste, y compris ceux qui sourdaient du désespoir le plus profond ».

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :