« La nature a toujours été et doit rester la grande source de tout art » Isadora Duncan

6 02 2014

P1150146

Cette figure humaine a été trouvée en 2013 à la surface d’un tronc d’arbre coupé, âgé de 326 ans. Cet arbre vivait à Meudon tout près de l’ancienne école d’Isadora Duncan.

Isadora Duncan, mère et danseuse ? La Respectueuse du sculpteur Antoine Bourdelle ou la Déesse fondatrice du Japon, Amaterasu ? La femme se plie comme un roseau, s’adapte aux nécessités de la vie sans se soumettre. Toujours en état de veille et d’écoute, patiente, elle va à l’essentiel, sans artifice. Son corps disparait, la trace ondulatoire universelle demeure. Qui maintient aujourd’hui la beauté de cette attitude ?  Françoise Jasmin

« La danseuse de l’avenir sera quelqu’un dont le corps et l’âme auront grandi si harmonieusement de concert que le langage naturel de cette âme sera devenu le mouvement du corps. La danseuse n’appartiendra pas à une nation mais à l’humanité entière. Elle dansera, non comme une nymphe, une fée ou une coquette mais comme une femme dans la plénitude de son être. Elle dansera la vie changeante de la nature, montrant la transformation de chacun de ses éléments. De tout son corps émanera une intelligence radieuse, apportant au monde le message des pensées et des aspirations de milliers de femmes. Elle dansera la liberté de la femme. » Isadora Duncan, 1921.

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :